6 Lettres

Lettre 249 de Bénédict Pictet à Jean-Alphonse Turrettini

[Genève] 21.06.1691 [11.06.1691]

Je vous suis tres obligé

Pictet remercie JA de la lettre qu'il lui a envoyée et des détails qu'il donne sur lui et sur les savants. Il est content que JA soit satisfait des leçons de [Friedrich] Spanheim. Il aimerait qu'il en fût ainsi pour les autres aussi mais lui-même ne suivait avec assiduité que Spanheim et Le Moyne. Il approuve donc sa conduite mais ne voudrait pas que JA étudiât autant; sa santé pourrait en souffrir. Il est bien aise que JA ait vu Guérin auquel il adresse ses compliments. Il se souviendra toute s...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_492_f079r_ug65321_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_492_f079v_ug65322_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_492_f080r_ug65323_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_492_f080v_ug65324_turrettini_file.jpg

[Genève] 21.06.1691 [11.06.1691]


Lettre autographe, signée. (F)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 492 (f.79-80)

Budé, Lettres, III, p.231-235. Omissions.


Je vous suis tres obligé


Pictet remercie JA de la lettre qu'il lui a envoyée et des détails qu'il donne sur lui et sur les savants. Il est content que JA soit satisfait des leçons de [Friedrich] Spanheim. Il aimerait qu'il en fût ainsi pour les autres aussi mais lui-même ne suivait avec assiduité que Spanheim et Le Moyne. Il approuve donc sa conduite mais ne voudrait pas que JA étudiât autant; sa santé pourrait en souffrir. Il est bien aise que JA ait vu Guérin auquel il adresse ses compliments. Il se souviendra toute sa vie de ses honnêtetés et des bonnes figues qu'il lui a fait manger à Bâle. Il croit avoir entendu autrefois [Louis] Fleury à Paris mais pourrait aussi se tromper et le confondre avec quelqu'un d'autre. Spanheim a toujours peu prêché et le fera probablement de moins en moins. Fait-il des ouvrages nouveaux? Tous attendent sa papesse Jeanne [De papa fœmina]. Pictet n'est pas étonné que Spanheim ait été satisfait de la proposition de JA, le contraire l'eût surpris, mais il aurait dû lui donner un texte qui eût permis à son cousin de montrer l'étendue de ses lumières. Il passe maintenant de Leyde à Rotterdam. Quelle affliction de voir tout un pays en guerre et des savants en venir aux mains! Est-il possible qu'il n'y ait pas un médiateur capable de ramener la paix? Il a vu la Cabale de Bayle et regrette que pour faire son apologie celui-ci en soit venu aux injures. Pour ce qui concerne Delft, Benoist a toujours passé pour un très habile homme et un bon prédicateur. On a reçu, il y a quelque temps, un paquet avec une lettre circulaire de sa part aux Églises de Suisse et de Genève, les priant de lui fournir des mémoires sur deux ou trois articles. On a décidé que chacune lui enverrait ce qu'elle savait mais on ne lui a rien envoyé car on n'a rien trouvé qu'il ne sût déjà. Pictet lui-même s'est chargé d'envoyer le paquet aux Églises de Lausanne, Berne, Zurich et Bâle. Pour ce qui concerne les affaires de France, les Genevois ne savent que ce que Bèze et leurs pères leur ont appris et qu'ils tenaient pour une tradition confuse. Si on avait des mémoires ou des écrits d'anciens pasteurs envoyés par l'Église de Genève en France, ou si on revoyait les lettres que Bénédict [I] Turrettini et Jean [I] Diodati recevaient de leurs amis de France, on y trouverait peut-être quelque chose. Mais on ne possède pas de mémoires et les lettres susmentionnées ne révèleraient peut-être rien de nouveau. Pictet tâchera d'avoir le Voyage dans le monde de Descartes [de Daniel] dont lui parle JA car il veut voir ce qui concerne les preuves de ce philosophe sur l'existence de Dieu, qui, comme JA le sait bien, ne lui ont jamais parues convaincantes. C'est peut-être l'effet de son peu de pénétration. Il se demande bien, à propos du professeur de Franeker, ce que l'on se mêle de disputer. Il ne saurait pas partager le sentiment de Roëll et aimerait bien savoir ce qu'en pense Spanheim. Il ne se passe rien de considérable à Genève: on a recommencé les leçons particulières et publiques et Pictet lui-même fait l'analyse de l'épître aux Hébreux. Il commence à dicter un petit Compendium de théologie [Theologia christiana] qu'il expliquera et sur lequel on disputera afin de n'avoir à critiquer personne. Il continue ses lieux communs en public; il en est aux commandements. [Bénédict] Calandrini a commencé à expliquer l'épître aux Galates. [Louis I] Tronchin recommence aussi ses leçons particulières sur Wolleb. Il termine en donnant quelques nouvelles des connaissances communes.

Adresse

[Hollande]


Lieux

Émission

Genève

Réception

Hollande

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_492_f079r_ug65321_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_492_f079v_ug65322_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_492_f080r_ug65323_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_492_f080v_ug65324_turrettini_file.jpg