57 Lettres

Lettre 238 de Jacques Chenaud Ă  Jean-Alphonse Turrettini

[GenĂšve] 29.05.1691 [19/29.05.1691]

Vous ne scauriez croire

Chenaud remercie JA de sa lettre, qui est un signe de son amitié, et lui réitÚre son affection. Il a été en revanche fortement affligé par ce que son ami lui a écrit concernant les manifestations d'inquisition qui commencent à se faire jour en Hollande, comme le prouve le dernier synode de Leyde. Il a interdit de ministÚre le pauvre [Gédéon] Huet à cause de sa Lettre de Suisse, dont la lecture avait procuré beaucoup de plaisir à Chenaud. Il l'estime notamment pour ce pour quoi on le conda...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_493_f234r_ug66191_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_493_f234v_ug66192_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_493_f235r_ug66193_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_493_f235v_ug66194_turrettini_file.jpg

[GenĂšve] 29.05.1691 [19/29.05.1691]


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 493 (f.234-235)


Vous ne scauriez croire


Chenaud remercie JA de sa lettre, qui est un signe de son amitiĂ©, et lui rĂ©itĂšre son affection. Il a Ă©tĂ© en revanche fortement affligĂ© par ce que son ami lui a Ă©crit concernant les manifestations d'inquisition qui commencent Ă  se faire jour en Hollande, comme le prouve le dernier synode de Leyde. Il a interdit de ministĂšre le pauvre [GĂ©dĂ©on] Huet Ă  cause de sa Lettre de Suisse, dont la lecture avait procurĂ© beaucoup de plaisir Ă  Chenaud. Il l'estime notamment pour ce pour quoi on le condamne en Hollande, Ă  savoir sa dĂ©fense de la tolĂ©rance; si Huet vit encore 20 ou 30 ans, il pourra probablement voir que ses sentiments d'aujourd'hui seront louĂ©s, mais la tolĂ©rance, tout en Ă©tant parfaitement conforme Ă  l'Évangile et Ă  la droite raison, a besoin de beaucoup de temps pour ĂȘtre acceptĂ©e par des hommes qui nourrissent des sentiments contraires. Chenaud n'est pas surpris de la dĂ©cision du synode puisque cela fait longtemps qu'il est convaincu que les dĂ©cisions des synodes et des conciles sont le fruit de cabales. Il se demande si Huet se rappelle la chasse Ă  la pipĂ©e qu'ils ont autrefois faite ensemble et dont Chenaud rit encore avec Lenfant, beau-frĂšre de Huet. Son cousin [Jean] Le Clerc a Ă©crit Ă  son frĂšre [Daniel (?)] que c'est maintenant [Jacques] Bernard qui travaille Ă  la BibliothĂšque universelle. Le jugement que JA fait de la femme de Le Clerc [Marie] est sĂ»rement juste; ce choix montre que mĂȘme les plus grands hommes ont l'esprit troublĂ© par la passion et peuvent faire des folies. On parle beaucoup Ă  GenĂšve du livre de Jurieu contre Bayle [Examen d'un libelle] qui a aussi des piques violentes contre GenĂšve ou, du moins, contre certains particuliers de la ville. On ne sait pas s'il a raison contre Bayle mais tout ce qu'il dit contre GenĂšve est faux et se prĂȘte davantage au rire qu'Ă  la colĂšre. Il a entendu dire qu'on prĂ©pare une rĂ©ponse. [Vincent] Minutoli, qui est impliquĂ© dans cette querelle, essaie de dĂ©chiffrer des mĂ©dailles avec [Jean] Saurin; on en a trouvĂ© 23 livres pesantes dans une urne en travaillant aux fortifications. On dit que les Huguetans prĂ©parent une Ă©dition hollandaise de la philosophie de RĂ©gis [Cours] qui serait plus complĂšte que celle de Paris [SystĂšme] (que Chenaud vient de voir) oĂč, Ă  ce qu'il croit, des passages de la mĂ©taphysique avaient Ă©tĂ© supprimĂ©s Ă  cause des jĂ©suites. Il y a une lettre de [Jean-Antoine] Dautun Ă  Chenaud qui aurait dĂ» se trouver dans le paquet d'[Antoine II] Saladin Ă  son pĂšre [Antoine I Saladin] et qui n'y est pas. Il envoie ses salutations Ă  plusieurs personnes en Hollande. La tante de JA [Marie I Turrettini] lui conseille de quitter Leyde et de visiter un peu la Hollande; elle suggĂšre aussi que vers l'automne il s'en aille en Angleterre d'oĂč il pourra rejoindre ensuite Paris. On souffrira moins de son absence quand on le saura plus prĂšs de GenĂšve. Chenaud espĂšre aussi qu'il se lassera bientĂŽt de cette folie des voyages et qu'il pourra l'embrasser de nouveau parce qu'il lui manque beaucoup. [Gabrielle] d'EspĂ©randieu part demain pour l'Angleterre; Mademoiselle de MontlĂ©dier voudrait l'accompagner mais elle n'a pas encore reçu la permission de sa mĂšre et restera donc pour le moment Ă  Lausanne. Les amies de JA se plaignent de ce qu'il les a oubliĂ©es. [Étienne] Jallabert a Ă©tĂ© malade mais il suit maintenant les cours. Il y a prĂ©sentement Ă  GenĂšve un Ă©tudiant en mĂ©decine appelĂ© [Johann] Bernoulli, frĂšre du professeur [Jakob], qui a transmis Ă  Chenaud un peu de son goĂ»t pour les mathĂ©matiques; il connaĂźt un nouveau systĂšme pour calculer que Jallabert ignore. L'expĂ©diteur a fait venir de Lyon les principes de mathĂ©matique de Prestet [Nouveaux Elemens]. [Theodor] Gernler est Ă  Paris avec le fils d'un colonel dont il est gouverneur, Ă  qui il fait lire beaucoup de livres; il dit s'ĂȘtre bien dĂ©graissĂ© Ă  GenĂšve pour la thĂ©ologie et la tolĂ©rance. Il y a eu aussi ici deux princes polonais de la famille"Lubomircki qui se sont beaucoup liĂ©s avec Chenaud. Ils Ă©taient bien tristes Ă  leur dĂ©part. [Jean II] Sarasin, ministre de Lyon, s'est mariĂ© avec [LucrĂšce Orgeoise] de Montferrier, une demoiselle bien faite et de la premiĂšre qualitĂ©. [Antoine I] LĂ©ger commence Ă  prĂȘcher et on fera une petite agape avec [Bibaud] de Sausigny [I]. Son Altesse [Victor-AmĂ©dĂ©e II] campe avec 22'000 hommes prĂšs de Turin ; on n'a pas encore appris l'arrivĂ©e de [Charles] de Schomberg.

Adresse

Leyde


Lieux

Émission

GenĂšve

RĂ©ception

Leyde

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_493_f234r_ug66191_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_493_f234v_ug66192_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_493_f235r_ug66193_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_493_f235v_ug66194_turrettini_file.jpg