152 Lettres

Lettre 165 de Baux à Jean-Alphonse Turrettini

Berlin 30.10.1690 [20.10.1690]

Je pouvois vous écrire

Arrivé à Berlin depuis une dizaine de jours, l'expéditeur a tardé à écrire à JA pour pouvoir lui en dire davantage sur son établissement. Il se trouve chez de Schwerin, qui lui a fait bonne impression mais seul le temps dira s'ils peuvent s'entendre. Les amis qui habitent Berlin lui ont montré de la joie en le revoyant et il en avait besoin. Lenfant voudrait qu'il fasse du livre de Spencer ce que Fontenelle a fait de l'Histoire des Oracles. Pour l'instant il est entièrement pris par son t...

page 1

0510_165-1-2_ug68273_turrettini_file.jpg

page 2


0511_165-3-4_ug68274_turrettini_file.jpg

Lettre 165 de Baux à Jean-Alphonse Turrettini

Berlin 30.10.1690 [20.10.1690]


Lettre autographe, adressée. Inédite. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.B.15


Je pouvois vous écrire


Arrivé à Berlin depuis une dizaine de jours, l'expéditeur a tardé à écrire à JA pour pouvoir lui en dire davantage sur son établissement. Il se trouve chez de Schwerin, qui lui a fait bonne impression mais seul le temps dira s'ils peuvent s'entendre. Les amis qui habitent Berlin lui ont montré de la joie en le revoyant et il en avait besoin. Lenfant voudrait qu'il fasse du livre de Spencer ce que Fontenelle a fait de l'Histoire des Oracles. Pour l'instant il est entièrement pris par son travail de précepteur, avec la triste perspective de faire ce même métier accablant toute sa vie. Des amis lui suggèrent le pastorat mais, fardeau pour fardeau, il préfère encore celui dont il a l'habitude. De plus il considère le ministre comme un homme destiné à parler en l'air alors qu'il peut récolter quelques fruits dans son travail actuel. Il a trouvé à Berlin beaucoup de gens de sa connaissance mais peu de gens de commerce et les savants ne sont pas son fait. Il ne les méprise pas car il faut bien qu'il y ait des gens pour faire des dictionnaires comme d'autres pour faire des habits et des souliers. L'auteur des Lettres écrites de Suisse est le ministre [Gédéon] Huet, beau-frère de Lenfant, qui a publié aussi l'Apologie [des] vrais tolerans, où la tolérance est démontrée suivant les principes de Jurieu. L'affaire de ce dernier avec de La Conseillère a pris terme. Certains attribuent l'Avis sur le tableau du Socinianisme [de Jaquelot] à Casaucan, ministre béarnais officiant auprès de la duchesse de Zell que Baux a connu quand il était jeune. Il pourrait l'être car c'est un homme d'esprit mais le livre le montre beaucoup plus modeste que l'expéditeur n'en a le souvenir. Il ne serait pas le premier à qui l'hérésie adoucit l'esprit. Pour ce qui est des nouvelles politiques, on attend l'Electeur [Friedrich III] d'un jour à l'autre. Il reviendra sans avoir rien fait sur le Rhin. Les affaires hongroises de l'empereur [Léopold I] vont mal. Belgrade est tombée sous les assauts des Turcs. On parle même de la défaite du prince de Bade [Ludwig Wilhelm I] mais c'est à confirmer. Il y a eu des échauffourées à Vienne contre les jésuites qui font bâtir pour eux alors que l'Empire est devasté; mais ils ne craignent ni Dieu ni les hommes. Qu'ils laissent du moins Genève en paix!

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Berlin

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

page 1

0510_165-1-2_ug68273_turrettini_file.jpg

page 2


0511_165-3-4_ug68274_turrettini_file.jpg