3 Lettres

Lettre 120 de Johann Heinrich Gernler Ă  Jean-Alphonse Turrettini

[La Haye] 25.10.1688 [15/25.10.]

Je ne sai... par quelle

À la demande de JA, mais aussi parce qu'il s'agit d'affaires trĂšs importantes, [Gernler] va informer son correspondant de ce qui se passe. Pour ce qui est des priĂšres pour le prince de Galles [James Francis Edward Stuart], on les a faites pendant assez longtemps, bien qu'un peu irrĂ©guliĂšrement, mais on a cessĂ© complĂštement depuis quelques semaines, de sorte que ceux qui, Ă  GenĂšve, soutiennent le contraire, se trompent. Il tient cela de la premiĂšre dame d'honneur [Élisabeth Philippina de Limburg...

+ 1 pages

page 1

2285_120-1_ug68190_turrettini_file.jpg

page 2


2286_120-2-3_ug68191_turrettini_file.jpg

page 3

2287_120-4_ug68192_turrettini_file.jpg

[La Haye] 25.10.1688 [15/25.10.]


Lettre autographe, signée. Inédite. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (GenĂšve), 1/Gd.K.1


Je ne sai... par quelle


À la demande de JA, mais aussi parce qu'il s'agit d'affaires trĂšs importantes, [Gernler] va informer son correspondant de ce qui se passe. Pour ce qui est des priĂšres pour le prince de Galles [James Francis Edward Stuart], on les a faites pendant assez longtemps, bien qu'un peu irrĂ©guliĂšrement, mais on a cessĂ© complĂštement depuis quelques semaines, de sorte que ceux qui, Ă  GenĂšve, soutiennent le contraire, se trompent. Il tient cela de la premiĂšre dame d'honneur [Élisabeth Philippina de Limburg Bronckhorst Stirum] de la princesse [Marie d'Orange], d'un page anglais et de l'huissier de la dite princesse. BĂ©nĂ©dict [II] Turrettini, [BarthĂ©lemy Micheli] Du Crest et [Pierre I] Got ont sĂ»rement eu des disputes lĂ -dessus. Les desseins de Son Altesse [Guillaume d'Orange] ne sont pas prĂ©tendus, selon l'expression de JA, mais indubitables, comme tout le monde peut le constater ici. L'État a Ă©quipĂ© une flotte puissante et entretient un grand armement par terre. L'ensemble des troupes est Ă©valuĂ© Ă  environ 60'000 hommes. Outre la milice ordinaire, on compte une grande quantitĂ© de Brandebourgeois, de Luxembourgeois et de Hesse-Cassellois. On attend encore 6'000 SuĂ©dois et autant de Saxons. On prĂ©tend que la flotte se compose de plus de 600 voiles. Il est difficile de prĂ©ciser combien d'hommes sont embarquĂ©s, car les embarquements se font en plusieurs endroits. K. [Gernler] est convaincu qu'outre les 9'000 matelots, il y aura encore 20'000 ou 25'000 hommes, cavaliers et fantassins, qui partiront avec la flotte. Il y aurait Ă©galement des armes pour 30'000 hommes. Sous le prince, commandera l'amiral et bourgmestre de Rotterdam Schepers Bastiaanz. Il ne paye pas de mine mais est trĂšs capable. Le marĂ©chal [FrĂ©dĂ©ric-Armand] de Schomberg est ici depuis quelques semaines mais [Gernler] ne sait pas s'il ira avec les autres. Il y a aussi un grand nombre de nobles anglais qui doivent se joindre Ă  l'expĂ©dition, dont l'amiral Herbert et le fils de feu le comte d'Argyll. La flotte aurait sans doute mis Ă  la voile depuis longtemps s'il n'y avait eu ce vent contraire et ces orages presque continuels depuis trois semaines. Les tempĂȘtes, heureusement sans dĂ©gĂąts, ont Ă©tĂ© exceptionnelles. On cĂ©lĂšbrera, aprĂšs demain, une journĂ©e de jeĂ»ne dans les sept provinces pour que Dieu bĂ©nisse les desseins du prince d'Orange et des États pour le maintien de l'Église et de la libertĂ©. Les catholiques sont inquiets et tout le monde s'intĂ©resse de prĂšs Ă  l'affaire, Ă  tel point qu'il a vu des vendeuses sur le marchĂ© s'enquĂ©rir du vent. De mĂȘme les puissances s'agitent beaucoup, il y a plusieurs mĂ©moires publiĂ©s Ă  l'instigation de la Grande-Bretagne et l'ambassadeur de France [d'Avaux] a fait Ă©tat des craintes et des menaces de son maĂźtre. D'Avaux a fait savoir aux États que Louis XIV portera secours au roi d'Angleterre [Jacques II Stuart], Ă  cause des alliances Ă©troites qui les unissent, et que le premier acte d'hostilitĂ© provoquera une rupture immĂ©diate entre la France et les États-GĂ©nĂ©raux. Entre temps, il y a eu de grands changements en Angleterre: on veut rĂ©tablir l'Ă©vĂȘque de Londres [Henry Compton], le CollĂšge de Magdelaine Ă  Oxford (dĂ©jĂ  fait) et mille autres choses. Le frĂšre [Charles] du pĂšre Peters [Edward Petre], prĂȘchant Ă  Londres que la traduction de la Bible protestante n'Ă©tait pas bonne, a Ă©tĂ© dĂ©menti. Tout cela montre bien Ă  JA qu'il s'agit de beaucoup plus qu'un dessein prĂ©tendu. Le vent ayant changĂ© depuis un jour, on peut penser le dĂ©part imminent. Le prince a congĂ©diĂ© quelques domestiques qui Ă©taient encore catholiques. Les vaisseaux hollandais qui sont dans les ports français sont arrĂȘtĂ©s; tout commerce entre la France et la Hollande sera interdit le lendemain par un Ă©dit. Il y a beaucoup de piĂšces nouvelles touchant les affaires d'Italie, de Cologne, d'Angleterre contre le gouvernement du roi, contre le prince de Galles. Il en dirait davantage s'il ne craignait que sa lettre ne fĂ»t ouverte. Quant Ă  [Gernler], il ne s'en mĂȘle pas: sa nation, quelque puisseĂȘtre l'issue, n'aura aucun profit Ă  tirer d'une guerre longue qui serait au contraire dĂ©savantageuse du point de vue financier. Ils n'osent pas trafiquer pendant le jour de jeĂ»ne, bien que des frĂšres venant d'Espagne les poussent sur certaine affaire. Que Dieu ait pitiĂ© de sa nation dispersĂ©e. [Gernler] ne sait pas si JA a vu le manifeste du roi de France contre l'Empire [MĂ©moires des raisons], la Lettre au cardinal d'EstrĂ©e contre le pape [Innocent XI] et autres livres dĂ©fendus contre le roi d'Angleterre.

Adresse

[GenĂšve]


Lieux

Émission

La Haye

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 1 pages

page 1

2285_120-1_ug68190_turrettini_file.jpg

page 2


2286_120-2-3_ug68191_turrettini_file.jpg

page 3

2287_120-4_ug68192_turrettini_file.jpg