507 Lettres

Lettre 4615 de Hans Kaspar II Escher à Jean-Alphonse Turrettini

Zurich 17.04.1734

Ce fut avec bien

Escher félicite JA pour le mariage de son fils avec celle que le comte [Armand-Louis] de Marsay lui a dit être une des demoiselles les mieux élevées de Genève, [Françoise] Boissier, et se réjouit aussi de celui de [Jacob] Vernet. Il remercie son correspondant pour le Historiæ ecclesiasticæ compendium; c'est une pièce digne de lui, qui sera d'un grand usage pour la jeunesse et pour tous ceux qui pensent. Ils y verront que la conduite de l'Église demande de la douceur, un attachement sans f...

+ 1 pages

page 1

1531_4615-1_ug73016_turrettini_file.jpg

page 2


1532_4615-2-3_ug73017_turrettini_file.jpg

page 3

1533_4615-4_ug73018_turrettini_file.jpg

Zurich 17.04.1734


Lettre autographe, signée. Inédite. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.E.5


Ce fut avec bien


Escher félicite JA pour le mariage de son fils avec celle que le comte [Armand-Louis] de Marsay lui a dit être une des demoiselles les mieux élevées de Genève, [Françoise] Boissier, et se réjouit aussi de celui de [Jacob] Vernet. Il remercie son correspondant pour le Historiæ ecclesiasticæ compendium; c'est une pièce digne de lui, qui sera d'un grand usage pour la jeunesse et pour tous ceux qui pensent. Ils y verront que la conduite de l'Église demande de la douceur, un attachement sans faille à la vérité et de la piété. Le comte de Marsay a quitté Zurich il y a deux jours et, avant d'arriver à Genève, il s'arrêtera à plusieurs endroits. Tout le monde est charmé de ses belles qualités et se réjouit de voir les affaires de Sa Majesté britannique [George II] en de si bonnes mains. La lettre de JA lui a appris que les magistrats genevois étaient occupés à dresser une réponse aux griefs des plaignants et il leur souhaite un bon succès. Il rappelle pourtant à son correspondant que, lors des troubles zurichois de 1713, les autorités avaient soigneusement évité de donner quoique ce fût d'écrit aux plaignants, induisant plutôt ceux-ci à mettre leurs remonstrances par écrit. De même par la suite les négociations se sont toujours déroulées oralement et les magistrats ont eu soin de ne pas se poser comme un autre parti mais de souligner qu'on faisait tous partie de la bourgeoisie d'une même ville, ayant tous à cœur le bien publique. Cette méthode a permis de résoudre le conflit à la satisfaction générale et sans aucun changement remarquable à la Constitution. Quoi que celle-ci tienne fort peu ou presque rien de la démocratie, on ne se hasarderait jamais à vouloir établir ou continuer des impôts contre le gré de la bourgeoisie mais on s'efforcera toujours de leur en faire comprendre la nécessité ou l'utilité.

Adresse

[Genève]


Lieux

Émission

Zurich

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 1 pages

page 1

1531_4615-1_ug73016_turrettini_file.jpg

page 2


1532_4615-2-3_ug73017_turrettini_file.jpg

page 3

1533_4615-4_ug73018_turrettini_file.jpg