507 Lettres

Lettre 4470 de Jean-Frédéric I Ostervald à Jean-Alphonse Turrettini

Neuchâtel 11.03.1733

J'ai reçu votre lettre

Ostervald remercie JA de la lettre cordiale qu'il lui a envoyée et qu'il a reçue au moment où il s'appretait à lui écrire; il se ménage plus que son ami ne le pense. Par exemple il n'exerce plus de fonctions de catéchiste sinon pour examiner et instruire les catéchumènes à Noël, tâche qu'on ne peut pas assigner à de jeunes ministres. JA a eu un de ces fâcheux rhumes mais il en est à présent délivré. À Neuchâtel, on a perdu quantité de personnes âgées, comme le père [Louis] de [Jean-Louis] Choupp...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00491_f191r_ug65032_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00491_f191v_ug65033_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00491_f192r_ug65034_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00491_f192v_ug65035_turrettini_file.jpg

Neuchâtel 11.03.1733


Lettre autographe, signée, adressée. (F)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 491 (f.191-192)

Budé, Lettres, III, p.183-185. Omissions.


J'ai reçu votre lettre


Ostervald remercie JA de la lettre cordiale qu'il lui a envoyée et qu'il a reçue au moment où il s'appretait à lui écrire; il se ménage plus que son ami ne le pense. Par exemple il n'exerce plus de fonctions de catéchiste sinon pour examiner et instruire les catéchumènes à Noël, tâche qu'on ne peut pas assigner à de jeunes ministres. JA a eu un de ces fâcheux rhumes mais il en est à présent délivré. À Neuchâtel, on a perdu quantité de personnes âgées, comme le père [Louis] de [Jean-Louis] Chouppard, décédé à 91 ans, le conseiller [Samuel] de Marval, âgé de 90 ans et un galérien de 93. Ostervald a beaucoup apprécié l'excellente thèse de son ami [Vindiciæ providentiæ, 1732], dans laquelle celui-ci a bien développé un sujet épineux. Ostervald a vu des vers très libertins venus de Paris qui soulignent les difficultés qui naissent de la prévision du péché que Dieu permet ainsi que de la création, du déluge et de ce qui a suivi. Il transcrit quelques-uns de ces vers qu'on devrait du reste supprimer. Pour Ostervald, Leibniz n'a pas fait grand-chose, puisqu'il laisse toutes les difficultés. En effet cela ne veut rien dire d'affirmer que Dieu a choisi, parmi tous les systèmes possibles, celui qui présentait le moins d'inconvénients puisque c'est là justement ce qu'on doit démontrer. Ce que JA dit à la fin de son travail sur la fatalité que Leibniz semble introduire est très juste. Quand Ostervald était à Bâle en 1726 il se rappelle qu'il avait vu [Johann] Bernoulli, qui était lié d'amitié et d'estime avec Leibniz, et qui lui avait dit que lui-même penchait pour une espèce de fatalité. Du reste la religion de Leibniz apparaît bien suspecte à en croire Fontenelle. Ostervald a lu il y a 25 ans l'ouvrage de King où il y a des endroits excellents mais il ne l'a pas entièrement satisfait. Par exemple, quand il répond à l'objection que la bonté de Dieu ne s'accorde pas avec la permission du péché en disant que nous avons une idée confuse de ce que c'est que cette bonté – de même du reste que des autres qualités divines – et que l'Écriture parle à la manière humaine, il dit des choses qu'il ne faudrait pas proclamer devant le peuple, de peur de susciter des scrupules. Ostervald fait des vœux pour que le fils de JA et [Jacob] Vernet concluent heureusement leur voyage. Il comprend tout à fait que l'évêque de Londres [Gibson] (prélat de grand mérite, qui succèdera peut-être à l'archevêque [Wake]) se plaigne de la licence qui règne en Angleterre et qui se répand aussi outre-mer. Les Anglais sont très hardis, en religion comme en politique. Le traducteur français de la Chronologie des anciens royaumes de Newton dit dans la préface que ce peuple abuse de la liberté de penser. La Société lui a envoyé un paquet de brochures parmi lesquelles se trouve l'"Abrégé d'histoire", qui est à la tête de son catéchisme, traduit en arabe. On l'envoie en Orient, joint à un catéchisme très simple et très court. Ostervald remercie JA pour toutes ses bontés à l'égard de [Jean-Rodolphe] Tribolet; il faudrait qu'il communique à la Compagnie de Genève que celle de Neuchâtel a permis au jeune homme de se faire examiner à Genève. Il a communiqué sept ou huit pièces et ses mœurs ont toujours été bien réglées. Lallemand, un riche marchand de Neuchâtel, est mort sans enfants et a tout légué (à savoir environ 150'000 francs) à la Maison de charité; Ostervald lui-même a reçu un legs de 1'200 livres. Il est l'un des exécuteurs testamentaires et sera donc très occupé. On commence par l'inventaire. Des bruits se répandent à Neuchâtel suivant lesquels on nourrit des craintes pour l'État de Genève.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Neuchâtel

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00491_f191r_ug65032_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00491_f191v_ug65033_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00491_f192r_ug65034_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00491_f192v_ug65035_turrettini_file.jpg