507 Lettres

Lettre 4447 de Jacob Vernet à Jean-Alphonse Turrettini

Londres 22.01.1733 [11/22.01.1732/3]

La lettre que j'eus

Vernet et Marc Turrettini ont eu le privilège d'être présentés à la reine [Caroline Wilhelmina] par le biais du marquis de La Forest. L'expéditeur raconte la rencontre en transcrivant les propres mots de la reine qui les a accueillis très gracieusement, a fait l'éloge de JA qu'elle a présenté comme un grand homme dont le mérite est connu partout et a félicité Vernet pour son prêche de dimanche dernier. Elle a dit qu'il aurait fallu venir la voir plus tôt et sans besoin d'être présentés par qui q...

+ 1 pages

page 1

02197_4447-1_ug72732_turrettini_file.jpg

page 2


02198_4447-2-3_ug72733_turrettini_file.jpg

page 3

02199_4447-4_ug72734_turrettini_file.jpg

Lettre 4447 de Jacob Vernet à Jean-Alphonse Turrettini

Londres 22.01.1733 [11/22.01.1732/3]


Lettre autographe, signée. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.V.1-II

Extrait dans Budé, Vie de Vernet, p.59-61.


La lettre que j'eus


Vernet et Marc Turrettini ont eu le privilège d'être présentés à la reine [Caroline Wilhelmina] par le biais du marquis de La Forest. L'expéditeur raconte la rencontre en transcrivant les propres mots de la reine qui les a accueillis très gracieusement, a fait l'éloge de JA qu'elle a présenté comme un grand homme dont le mérite est connu partout et a félicité Vernet pour son prêche de dimanche dernier. Elle a dit qu'il aurait fallu venir la voir plus tôt et sans besoin d'être présentés par qui que ce soit. Elle a parlé aussi du prince Friedrich [II de Hesse-Kassel] actuellement à Genève et des soins qu'on lui a prodigués lors de sa maladie. Elle a fait des considérations sur la défiance qu'ont les Allemands à l'égard de la saignée qu'elle reconnait pourtant très utile dans certains cas. On a tendance à élever les princes de manière trop douillette; quant à ses enfants, elle a voulu les habituer à la fatigue et à l'endurance. Il est bien possible qu'ils puissent la rencontrer à nouveau et, si tel est le cas, Vernet lui dira un mot des Vaudois, ce qui n'était pas opportun lors d'une première rencontre et avec autant de monde autour. Il n'a pas cherché à faire la révérence au roi [George II] qui connaît moins que la reine le nom de JA. Après la visite à la Cour, ils ont été dîner chez [Susanne-Marie] Colladon. Le baron Altorff [I] leur a aussi fait beaucoup de civilités et cela avant de recevoir la lettre qui lui a appris toutes les honnêtetés dont JA a gratifié son fils [II] à Genève. Ils dîneront chez lui samedi. Ils ont vu aussi l'évêque de Durham [Edward Chandler] qui leur a donné les dispositions pour l'ouverture du Parlement. Ils lui présenteront le De pace protestantium qu'il ne possède pas. Ils se sont aussi rendus à Lambeth et ont donné à l'archevêque [Wake] la lettre de JA; il était assez bien et il les a reçus obligeamment; il n'a toutefois pas ouvert la lettre en leur présence. Le docteur Chicheley recommande à JA, quand il écrit au prélat, de lui rappeler l'usage qu'il doit en faire. Le docteur souhaiterait que JA lui écrivît aussi ou que [François II] Pictet lui donne alors une note des remises qu'il a faites. Le duc [Egerton Scroop] de Bridgewater et l'évêque d'Oxford [Potter] doivent venir incessamment. Le fils de JA a la migraine et un gros rhume; il s'est tenu au logis hier et aujourd'hui, ce qui les a obligés à refuser quelques invitations.

Adresse

[Genève]


Lieux

Émission

Londres

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 1 pages

page 1

02197_4447-1_ug72732_turrettini_file.jpg

page 2


02198_4447-2-3_ug72733_turrettini_file.jpg

page 3

02199_4447-4_ug72734_turrettini_file.jpg