507 Lettres

Lettre 4444 de Jacob Vernet à Jean-Alphonse Turrettini

Londres 15.01.1733 [04.01.1732/3 (v.s.)]

Si votre lettre du 29

La lettre de JA est arrivée en retard, ce qui fait qu'on n'a pas pu présenter celle pour l'archevêque [Wake] à temps pour le nouvel an. Le fils de JA doit déjà lui avoir écrit au sujet de l'accueil qu'ils ont reçu et de ce que le prélat a dit concernant les deniers qui ont passé par les mains de JA. Il ne veut absolument pas donner de la peine à JA et il pense qu'il n'y a pas de mal à édifier la bienfaitrice [Caroline Wilhelmina]. Vernet imagine que JA voudra le satisfaire, et rapidement, sur ce...

+ 1 pages

page 1

02194_4444-1_ug72725_turrettini_file.jpg

page 2


02195_4444-2-3_ug72726_turrettini_file.jpg

page 3

02196_4444-4_ug72727_turrettini_file.jpg

Lettre 4444 de Jacob Vernet à Jean-Alphonse Turrettini

Londres 15.01.1733 [04.01.1732/3 (v.s.)]


Lettre autographe, signée. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.V.1-II

Extrait dans Budé, Vie de Vernet, p.58.


Si votre lettre du 29


La lettre de JA est arrivée en retard, ce qui fait qu'on n'a pas pu présenter celle pour l'archevêque [Wake] à temps pour le nouvel an. Le fils de JA doit déjà lui avoir écrit au sujet de l'accueil qu'ils ont reçu et de ce que le prélat a dit concernant les deniers qui ont passé par les mains de JA. Il ne veut absolument pas donner de la peine à JA et il pense qu'il n'y a pas de mal à édifier la bienfaitrice [Caroline Wilhelmina]. Vernet imagine que JA voudra le satisfaire, et rapidement, sur ce point et qu'il enverra les comptes avant leur départ; ils pourront ainsi les lui présenter et veiller à ce qu'il se rappelle d'en faire l'usage convenable. Les deux personnes sur lesquelles ils comptaient, à savoir Edward Walpole et [Georg Wilhelm Helwig Sinold] de Schütz, se sont trouvées loin à cause des vacances de Noël mais sont de retour aujourd'hui. Il a déjà vu le premier qui a dit qu'il penserait à eux au premier jour. Dans ce genre d'affaires, il ne faut pas forcer mais saisir les occasions favorables. JA pourrait peut-être écrire aussi à l'évêque de Durham [Edward Chandler] qui est vraiment un homme bon, très honnête et qui se rappelle de lui. Il a proposé de les introduire à la Chambre Haute, à l'ouverture du Parlement qui aura lieu le 16; après cette date, ils ne resteront qu'une petite semaine, à moins qu'il n'y ait des obstacles imprévus. Ils sont aussi allés voir l'évêque de Londres [Gibson] qui est toujours affable et a demandé des nouvelles de JA. Quand il les a rencontrés, le jour de Noël, à la Chapelle de Saint James, il a paru comme reconnaissant du goût qu'ils manifestaient pour le service anglican. Vernet n'ose pas acheter pour JA son livre en deux volumes sur les lois ecclésiastiques d'Angleterre [Codex] à cause du prix qui est de 6 guinées. En revanche les autres livres demandés par JA sont prêts. Le fils de JA a présenté à l'évêque de Salisbury [Hoadly] le livre relié de JA De veritate religionis christianæ; le prélat possédait déjà le De pace protestantium. On s'attendait à ce qu'il écrivît contre les free-thinkers mais il ne l'a pas fait parce qu'il ne croit pas qu'on doive prendre le ton de certains théologiens rigides comme Waterland et que, dès qu'on parle raison, il y a des gens qui crient comme si l'on était des prévaricateurs. Il verra par l'ouvrage de JA qu'on peut se défendre sans se rendre suspect. Ils ont finalement vu [Jean (?)] Masson qui souffre de la gravelle et se rappelle très bien de JA et de Genève. Pendant les Fêtes, ils sont allés visiter le village délicieux de Richemont; la reine y a beaucoup étendu les jardins et a fait bâtir un petit hermitage où elle va se rafraîchir en été. Il y a les bustes de Locke, Newton, Clarke et Wollaston. L'ouvrage de ce dernier sur la religion naturelle [The Religion of Nature delineated] passe pour un chef-d'œuvre même si on n'approuve pas généralement les principes sur lesquels il est bâti. Vernet a lu quelque part qu'un ministre suisse [Court (?)] devait publier une histoire des Églises réformées de France depuis la révocation de l'Édit de Nantes. Vernet se demande si ce dessein est prudent. JA sait d'où il part et Vernet pense qu'il devrait l'étouffer. Ils ont rencontré Mesnard, [Susanne-Marie] Colladon et sa fille [Anne] Montagu. Vernet a placé Jean Goufon chez [Mary] Dutry. Il faudrait que JA se souvienne de parler à [Jean-Pierre] de Crousaz de son parent. [Marc (?)] Perrot, qui était à Tours avec mylord [James (?)] Dunkeron [Petty] et qui a eu cette mésaventure, est fâché avec le père [Henry Petty de Shelburne] de son élève qui est très avare et ne veut pas entendre parler de lui. Le fils [George (?)] de [Charles Fitzroy] de Grafton devrait être à Genève. On est alarmé par le bruit de troupes aux alentours de Genève. JA a écrit dans sa lettre une apostille en anglais qui montre qu'il est content de ce que son fils lui a écrit quelque chose da"ns cette langue; il progresse mais ne lit pas l'histoire anglaise qui lui serait très profitable. La prétention des presbytériens est remise au prochain Parlement; Vernet en a écrit plus diffusément à [Ami] Lullin. L'archevêque a promis d'inviter l'expéditeur et Marc Turrettini à la cérémonie pour la prochaine consécration à l'évêché de Bristol et Norwich. La Cour était brillante le jour de l'An; ils vont partout où il y a des choses à voir.

Adresse

[Genève]


Lieux

Émission

Londres

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 1 pages

page 1

02194_4444-1_ug72725_turrettini_file.jpg

page 2


02195_4444-2-3_ug72726_turrettini_file.jpg

page 3

02196_4444-4_ug72727_turrettini_file.jpg