38 Lettres

Lettre 4245 de Marc-Benjamin Rosset de Rochefort à Jean-Alphonse Turrettini

Lausanne 27.05.1731

Les considerations que

Rosset remercie JA de la part qu'il prend à l'affaire de son fils [Jean-Alphonse] et des marques de bonté qu'il leur donne. Son correspondant se fait des scrupules sur les suites que cette démarche pourrait avoir à Berne ou à Lausanne et le tort qu'elle pourrait faire au jeune homme. Pour ce qui concerne Berne, on ne pourra pas reprocher à son fils d'être allé se faire recevoir ailleurs, compte-tenu du refus du trésorier [Isaak] Steiger d'accéder à sa demande; et cela d'autant plus que d'autres...

+ 1 pages

page 1

01165_4245-1_ug72380_turrettini_file.jpg

page 2


01166_4245-2-3_ug72381_turrettini_file.jpg

page 3

01167_4245-4_ug72382_turrettini_file.jpg

Lausanne 27.05.1731


Lettre autographe, signée. Inédite. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.R.13


Les considerations que


Rosset remercie JA de la part qu'il prend à l'affaire de son fils [Jean-Alphonse] et des marques de bonté qu'il leur donne. Son correspondant se fait des scrupules sur les suites que cette démarche pourrait avoir à Berne ou à Lausanne et le tort qu'elle pourrait faire au jeune homme. Pour ce qui concerne Berne, on ne pourra pas reprocher à son fils d'être allé se faire recevoir ailleurs, compte-tenu du refus du trésorier [Isaak] Steiger d'accéder à sa demande; et cela d'autant plus que d'autres curateurs, comme par exemple de Mutach, avaient jugé la demande positivement. Le seul éventuellement qui pourrait s'en offusquer est Steiger lui-même. Le refus de celui-ci (motivé par une observation trop scrupuleuse des lois), doublé de raisons de famille pressantes (le mariage du fils) justifient amplement la décision du jeune homme d'aller ailleurs. Rosset a du reste pensé informer personnellement Steiger de la décision prise mais il est presque sûr que le trésorier ne le blâmera pas. Pour ce qui est de l'Académie de Lausanne, elle peut encore moins s'en formaliser que les Messieurs sont informés des raisons de Rosset et parce qu'ils ont autorisé la dispute de son fils à Genève. De toute façon, même s'ils blâmaient la décision de son fils, cela n'aurait aucune influence sur leurs délibérations, puisqu'ils sont tenus de respecter le rang et ne peuvent donc ni avancer ni reculer sa nomination. Son fils aura l'avantage d'avoir la liberté de prêcher quand il voudra et de consacrer son temps aux études. Rosset donnera d'autres éclaircissements à JA par son fils aîné [Rosset de Rochefort III] qui va prochainement à Genève. L'expéditeur s'acquittera sans délai de la commission dont JA l'a chargé. Il faut à ce propos qu'il lui dise qu'un Vaudois, François Guyot, germain, croit-il, de ce Papon auquel Rosset doit donner les deux louis, est venu le trouver et lui a demandé d'avoir part à la distribution charitable. C'est un homme d'environ 35 ans, célibataire, tanneur, qui a sorti un peu d'argent du pays pour s'acheter des peaux mais qui, faute de connaissances, en a si peu débité qu'il se trouve actuellement à l'étroit. Rosset lui a dit qu'il croyait la distribution terminée mais il en parle maintenant à JA. Le louis que JA donne à [Marie] Genevois est un ajout, s'il ne s'abuse pas, aux 10 écus qu'elle a déjà reçus. Il ajoute à la fin qu'il croit que les Messieurs verront de meilleur œil la réception de son fils à Genève plutôt qu'à Bâle car les épreuves à Bâle se sont beaucoup relâchées et son fils a, de surcroît, en partie étudié à Genève.

Adresse

[Genève]


Lieux

Émission

Lausanne

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 1 pages

page 1

01165_4245-1_ug72380_turrettini_file.jpg

page 2


01166_4245-2-3_ug72381_turrettini_file.jpg

page 3

01167_4245-4_ug72382_turrettini_file.jpg