69 Lettres

Lettre 3595 de Jacob Vernet à Jean-Alphonse Turrettini

Paris 07.03.1726

Il ne tient qu'à

Vernet a deux lettres de retard envers JA, mais il voulait mener à bien la commission dont celui-ci l'avait chargé au sujet d'un jardinier; malheureusement, il n'est pas venu à bout de ce qui était censé l'excuser. Le fait est qu'on ne trouve pas ce que cherche le Genevois. Il y a abondance de laboureurs huguenots mais pénurie de jardiniers adroits capables de planter des parterres. Ceux de la province ne valent pas mieux que ceux de Genève. On lui a pourtant parlé d'un homme de Meaux qui pourra...

+ 1 pages

page 1

02041_3595-1_ug71343_turrettini_file.jpg

page 2


02042_3595-2-3_ug71344_turrettini_file.jpg

page 3

02043_3595-4_ug71345_turrettini_file.jpg

Lettre 3595 de Jacob Vernet à Jean-Alphonse Turrettini

Paris 07.03.1726


Lettre autographe, signée. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.V.1

Extraits dans Budé, Vie de Vernet, p.19, 13-14.


Il ne tient qu'à


Vernet a deux lettres de retard envers JA, mais il voulait mener à bien la commission dont celui-ci l'avait chargé au sujet d'un jardinier; malheureusement, il n'est pas venu à bout de ce qui était censé l'excuser. Le fait est qu'on ne trouve pas ce que cherche le Genevois. Il y a abondance de laboureurs huguenots mais pénurie de jardiniers adroits capables de planter des parterres. Ceux de la province ne valent pas mieux que ceux de Genève. On lui a pourtant parlé d'un homme de Meaux qui pourrait faire l'affaire; il s'en informera. Vernet a acheté pour JA l'histoire métallique des Arsacides [de Vaillant] et deux tomes de l'Histoire de l'Académie des sciences pour l'année 1722 et 1723. Monseigneur de Montpellier [Charles-Joachim Colbert], irrité contre la faction qui lui a causé tant de peine à la dernière assemblée du clergé, a lâché un mandement au sujet du miracle du faubourg Saint-Antoine [Lettre pastorale, 1725]. S'inspirant du récit du cardinal de Noailles, il en a tiré des conséquences en faveur des appelants comme si le miracle était un signe de la protection céleste pour ceux qui soutiennent cette cause. Cette pièce a paru misérable à Vernet. Il paraît que d'autres évêques se préparent aussi à faire des mandements mais de sentiment opposé. Que de bruit pour peu de chose! Par curiosité, Vernet est aller voir l'hémorroïsse [Anne La Fosse] qui lui a paru une femme de bon sens et de piété. Elle raconte gracieusement et simplement son histoire mais elle est visiblement très troublée. Elle dit qu'avec tout ce qui lui est arrivé elle aurait pu perdre l'esprit. Un Anglais vient de publier un écrit sur ce sujet; il ne l'a pas encore vu. Celui de [Jacques] Saurin [État du Christianisme] ne saurait pas tarder. Voltaire a reçu des coups de bâton de la part du chevalier de Rohan. Il y avait eu une scène dans la loge d'une actrice à la Comédie et le duc de Rohan l'avait traité avec beaucoup de mépris. Par la suite, alors que Voltaire soupait chez le duc de Sully, il fut demandé par quelqu'un. Il sortit sans chapeau et, à peine dans la rue, il fut roué de coups par quatre coquins. Il rentra furieux dans l'hôtel de Sully et y rencontra le duc qui était l'un des convives; le soupçonnant d'être l'auteur du tour qu'on lui avait joué, il voulut l'attaquer mais n'y gagna que de nouveaux coups par les mains des laquais. Depuis, on ne l'a plus vu; certains disent qu'il apprend dans un faubourg à faire des armes, d'autres qu'il est parti pour l'Angleterre. Il ne se montrera pas tant que sa honte ne sera pas lavée; on le blâme de ne pas avoir supporté quelque chose de la part d'un homme de qualité, mais on blâme encore davantage celui-ci de ne pas l'avoir châtié lui-même sur le champ. Voilà un poète perdu pour la France. [Houdar] de La Motte va régaler la France de son nouvel Œdipe; Fontenelle va donner à l'imprimeur son traité géométrique et métaphysique [Elément de la géométrie]. La suite de l'Histoire romaine de Catrou ne paraît pas encore. Les Lettres de de Muralt sont beaucoup goûtées ici; tous ceux qui se plaignent de la décadence du goût et du style de la France les indiquent comme un modèle. Les nouvelles Lettres de Madame de Sévigné qu'on vient de publier sont pleines de grâces naïves et fines. Certains lui trouvent quelques expressions ridicules, comme l'appellation de "ma toute bonne" qu'elle donne à sa fille.

Adresse

[Genève]


Lieux

Émission

Paris

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 1 pages

page 1

02041_3595-1_ug71343_turrettini_file.jpg

page 2


02042_3595-2-3_ug71344_turrettini_file.jpg

page 3

02043_3595-4_ug71345_turrettini_file.jpg