28 Lettres

Lettre 2936 de Jean-Alphonse Turrettini à William Wake

Genève 31.05.1719 [31.05.1719 (n.s.)]

J'ai l'honneur de présenter

JA présente à Wake la réponse que la Compagnie de Genève a faite à la lettre que celui-ci lui avait envoyée. Il verra que la Compagnie est dans des sentiments très modérés et très propices pour faciliter la réunion des protestants. Il serait souhaitable que tous les voisins fussent dans les mêmes pensées. JA transcrit un passage d'une lettre de l'avoyer de Berne [Christoph Steiger] à qui il avait envoyé la lettre de Wake; l'avoyer trouve la missive du prélat très belle et très solide et fait des...

Lettre 2936 de Jean-Alphonse Turrettini à William Wake

Genève 31.05.1719 [31.05.1719 (n.s.)]


Lettre autographe, signée. (F)
Christ Church Library (Oxford), Arch. W. Epist.25 (141)

Adams, Wake's Gallican Correspondence, I, p.317-320.


J'ai l'honneur de présenter


JA présente à Wake la réponse que la Compagnie de Genève a faite à la lettre que celui-ci lui avait envoyée. Il verra que la Compagnie est dans des sentiments très modérés et très propices pour faciliter la réunion des protestants. Il serait souhaitable que tous les voisins fussent dans les mêmes pensées. JA transcrit un passage d'une lettre de l'avoyer de Berne [Christoph Steiger] à qui il avait envoyé la lettre de Wake; l'avoyer trouve la missive du prélat très belle et très solide et fait des vœux pour la réunion. Il se dit convaincu que celle-ci se fera par les rois et les princes plutôt que par le clergé. JA n'a pas encore appris que l'antistès de Zurich [Johann Ludwig Nüscheler] eût reçu la lettre que Wake lui avait adressée. La visite de l'Académie de Lausanne s'est terminée: elle était conduite par deux sénateurs [Lerber et Johann Anton Tillier] et par deux ministres de Berne [Elisaeus I Malacrida et Johann Jakob Dachs]. Tout s'est bien passé jusqu'à la dernière séance, où les députés bernois voulurent aborder la question du Consensus. Le bailli de Lausanne [Anton Hackbrett] s'y opposa. Une contestation très vive s'ensuivit; tous les pasteurs et professeurs de Lausanne, à une seule exception, peu considérable, montrèrent les inconvénients du Consensus et leur répugnance personnelle. Les députés voulurent lire un écrit en exigeant une réponse orale, mais l'Académie demanda que ce texte lui fût communiqué pour faire ensuite une réponse écrite. À ce moment-là on se sépara, peu content les uns des autres. Tout cela sera rapporté non seulement en Conseil restreint mais aussi en Deux-Cents. JA pense qu'on peut espérer un heureux succès auquel les lettres de Wake auront contribué. Le comte [Erskine] de Mar venant d'Italie et son compagnon, un gentilhomme écossais nommé Stewart, ont été arrêtés à la prière du résident d'Angleterre le comte [Armand-Louis] de Marsay. JA, ayant connu Stewart dans le temps, est allé leur rendre visite mais sans parler du motif de leur arrestation. Il y retournera et les poussera à avoir des sentiments différents à l'égard de l'actuel gouvernement anglais. Ils ont dit qu'ils allaient prendre les eaux de Bourbon et qu'ils avaient écrit à mylord [Dalrymple] de Stairs à Paris pour lui demander un passeport.

Adresse

[Angleterre]


Lieux

Émission

Genève

Réception

Angleterre

Conservation

Oxford


Cités dans la lettre