602 Lettres

Lettre 2247 de Jean-Antoine Dautun à Jean-Alphonse Turrettini

Francfort 29.12.1711

je ne vous ecrirois

Dautun prend la liberté d'écrire par la poste pour s'acquitter d'un acte de charité à l'égard d'un pauvre réfugié français, qui demeure à Lausanne et en faveur duquel il écrit à son frère à Morges. Il s'agit de quelqu'un qui était chantre, lecteur et maître d'école à la dernière Église que Dautun a servie. Dautun a reçu les thèses de JA [Cogitationes] qu'il a lues pour la deuxième fois: c'est la nature qui parle mais la nature savante et épurée des fatras de l'École. Il lui recommande de...

+ 4 pages

page 1

ms_fr_00486_f382r_ug61869_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00486_f382v_ug61870_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00486_f383r_ug61871_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00486_f383v_ug61872_turrettini_file.jpg

page 5

ms_fr_00486_f384r_ug61873_turrettini_file.jpg

page 6


ms_fr_00486_f384v_ug61874_turrettini_file.jpg

Francfort 29.12.1711


Lettre autographe, signée. Inédite. (F)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 486 (f.382-384)


je ne vous ecrirois


Dautun prend la liberté d'écrire par la poste pour s'acquitter d'un acte de charité à l'égard d'un pauvre réfugié français, qui demeure à Lausanne et en faveur duquel il écrit à son frère à Morges. Il s'agit de quelqu'un qui était chantre, lecteur et maître d'école à la dernière Église que Dautun a servie. Dautun a reçu les thèses de JA [Cogitationes] qu'il a lues pour la deuxième fois: c'est la nature qui parle mais la nature savante et épurée des fatras de l'École. Il lui recommande de prendre du repos pour sa santé. Quant à la sienne, elle décline chaque jour et il s'estime heureux de pouvoir encore se déplacer d'un bout à l'autre de la ville. On avait quelques espoirs d'obtenir des Électeurs la liberté d'exercice dans la ville et à cet effet le comte [Almelo] de Rechteren dressa un mémoire au nom de la reine d'Angleterre [Anne Stuart] et le leur présenta; mais, comme parmi ceux-ci il n'y en avait qu'un de réformé, ils refusèrent d'entrer en matière. On a vu ainsi les espoirs s'évanouir mais Dautun n'en avait en réalité point. Il en sera toujours de même à moins que le luthéranisme ne se radoucisse ou que des intérêts financiers ne l'emportent sur la haine. Il a rencontré mylord [Mordaunt] de Peterborough à cette occasion et n'a vu qu'un homme violent et emporté. Pour ce qui est de la religion, s'il en a une, il la garde dans l'âme. C'est le caractère des Anglais. Quant au nouvel empereur [Karl VI], il n'a pas eu l'honneur de le voir, sa vue de loin déclinant de plus en plus; en général, tout le monde est charmé par sa douceur et ses manières. C'est un prince bien aimé. Dautun a vu son entrée, qui a été impressionnante, et le couronnement, auquel il n'a pas assisté à cause d'une attaque de fièvre, a été encore plus magnifique puisque l'empereur a quitté le deuil pour cette occasion. Un jeune comte luthérien de 17 ans qui loge chez Dautun avec une suite de cinq personnes en incommodant beaucoup la famille, lui a dit, au retour de la cérémonie, s'être bien ennuyé. Heureusement la comtesse [Amélie Élisabeth de Wittelsbach] l'a exempté d'autres incommodités. Parmi les nombreux étrangers qui séjournent dans la ville, Dautun n'a presque plus noué de nouvelles relations à cause de ses conditions. Il a connu un abbé italien [Giardini], envoyé du duc de Modène [Rinaldo d’Este] pour soutenir les intérêts de celui-ci dans l'affaire de Comacchio; l'abbé l'a engagé à traduire en français un petit écrit italien qui soutient les intérêts de l'empereur et du duc contre le pape [Clément XI]. C'est un homme raisonnable et doux mais extrêmement ignorant; en voyant sur la table un ouvrage d'Augustin, il demanda si c'était un protestant. Il lui a fait hommage d'une écritoire en argent. Mais à Francfort il y a aussi beaucoup de prêtraille et de monacaille qui passe d'une religion à l'autre et fait des escroqueries, comme c'est le cas d'un certain Berdeschi, moine italien de Parme, qui a été assisté à Francfort d'abord et à Kassel ensuite, avant de faire la paix avec le neveu [Annibale Albani] du pape. Il est actuellement en prison mais il y a d'autres fripons qui se retirent ici. Dautun renvoie à ses banquiers le billet qu'il avait pour une somme dont il a retiré une partie; il lui en faudrait un autre mis à jour.

Adresse

[Genève]


Lieux

Émission

Francfort

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 4 pages

page 1

ms_fr_00486_f382r_ug61869_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00486_f382v_ug61870_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00486_f383r_ug61871_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00486_f383v_ug61872_turrettini_file.jpg

page 5

ms_fr_00486_f384r_ug61873_turrettini_file.jpg

page 6


ms_fr_00486_f384v_ug61874_turrettini_file.jpg