602 Lettres

Lettre 2177 de Samuel Turrettini à Jean-Alphonse Turrettini

Francfort 04.05.1711 [4.1711]

Je suis parti de Geneve

Turrettini remercie JA de toutes les bontés que celui-ci a eues pour lui au cours de ses études et en particulier dernièrement quand il l'a mis en état de soutenir des thèses publiques [Cogitationes]. S'il a eu quelques succès dans ses études, il le doit entièrement à JA. Turrettini a beaucoup regretté de s'être éloigné de JA et pense avec nostalgie aux moments agréables qu'il a partagés avec lui à l'occasion justement de ses thèses. Il fait des vœux pour sa santé qui a été nouvellement a...

page 1

01994_2177-1-2_ug69867_turrettini_file.jpg

page 2


01995_2177-3-4_ug69868_turrettini_file.jpg

Francfort 04.05.1711 [4.1711]


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.T.21


Je suis parti de Geneve


Turrettini remercie JA de toutes les bontés que celui-ci a eues pour lui au cours de ses études et en particulier dernièrement quand il l'a mis en état de soutenir des thèses publiques [Cogitationes]. S'il a eu quelques succès dans ses études, il le doit entièrement à JA. Turrettini a beaucoup regretté de s'être éloigné de JA et pense avec nostalgie aux moments agréables qu'il a partagés avec lui à l'occasion justement de ses thèses. Il fait des vœux pour sa santé qui a été nouvellement atteinte; il s'est réjoui pourtant en apprenant son rétablissement. Ils sont arrivés ici jeudi au soir, après un long voyage de 17 jours. Il a trouvé [Jean-Antoine] Dautun en assez bonne santé mais il n'a pas pu beaucoup profiter de sa conversation puisqu'il devait prêcher le samedi soir, à cause de la cène qui était célébrée le dimanche, et le lendemain au soir aussi. Il a eu la satisfaction au moins de l'entendre dans un très beau sermon sur la mort de l'empereur [Joseph I]. Chandon avait prêché le matin sur Amos 8. Les textes avaient été donnés par les magistrats pour prêcher justement sur la mort de l'empereur. Turrettini est obligé de s'embarquer ce matin pour Cologne. Ne s'étant pas arrêté en route, il n'a pas pu voir, comme il l'aurait souhaité, des gens de lettres. Il a seulement vu Mieg en passant par Heidelberg. C'est un homme très doux et modéré et il faut bien de la modération dans une Université où il y a six professeurs jésuites qui ne manquent pas d'inquiéter les professeurs réformés. On a prescrit aux uns et aux autres d'avoir de la modération quand ils traitent des questions controversées et de s'abstenir des injures. Il faut dire que les réformés font preuve d'une plus grande modération; à Heidelberg ils ont peu de controverses avec les luthériens. Ceux-ci attaquent moins sur des questions de dogmatique que sur quelques revenus dont ils aimeraient priver les réformés. Mieg considère les disputes que les réformés ont avec lui, en particulier celles sur la grâce et la prédestination, comme peu importantes. Il souhaiterait qu'on délaissât les questions spéculatives et qu'on s'attachât à celles qui concernent la pratique. Puisque ses idées ont paru à Turrettini assez proches de celles que JA a exposées dans ses thèses sur les décrets, il lui en a parlé et lui a rapporté celles qui touchent à ce sujet. Il lui en enverra, à la première occasion, un exemplaire. Samedi il a fait un petit tour du côté de Hanau, qui est près d'ici, et il y a rencontré van Bashuysen qui a établi une imprimerie dans cette ville. Il a déjà fait imprimer le commentaire d'Abarbanel [Commentarius in Pentateuchum Mosis] ; il pourra ensuite en donner une version avec des notes. Il travaille actuellement à l'édition d'une Bible hébraïque avec quelques notes des rabbins; Le Clerc a dû en parler dans le dernier volume de sa Bibliothèque choisie. Il lui a montré l'imprimerie et la bibliothèque, qui est belle et contient des manuscrits hébreux. Il lui a donné aussi des dissertations publiées depuis quelques années. Il y en a en particulier deux, l'une contenant un essai de notes rabbiniques qu'il veut joindre à la Bible [Exercitatio scriptuaria] et une autre où il prétend montrer que les fables du Talmud sont des allégories ou des paraboles [Disputationes de Kabbala (?)], ce qui semble bien difficile à prouver. Il assure JA de ses respects et de ceux de Mieg. En passant par Lausanne, Turrettini a donné au maître de poste le paquet destiné à [Jean-Frédéric I] Ostervald.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Francfort

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

page 1

01994_2177-1-2_ug69867_turrettini_file.jpg

page 2


01995_2177-3-4_ug69868_turrettini_file.jpg