602 Lettres

Lettre 2108 de Samuel Werenfels Ă  Jean-Alphonse Turrettini

BĂąle 25.07.1710

Binas tuas literas

Werenfels n'a pas encore eu la possibilitĂ© de lire le discours de JA [Votum pro pace ou De affectibus] ; mais il le lira incessamment et, il imagine, avec le mĂȘme plaisir que ses autres ouvrages. Il remercie beaucoup son ami du jugement bienveillant qu'il a portĂ© sur son propre sermon traduit en français [Le changement qui se fait dans l'homme] ; il espĂšre qu'on verra une fois ceux que JA a promis de faire paraĂźtre. Werenfels a parlĂ© de la profession de Marbourg avec les pas...

page 1

02449_2108-1-2_ug69803_turrettini_file.jpg

page 2


02450_2108-3-4_ug69804_turrettini_file.jpg

BĂąle 25.07.1710


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (L et F)
Archives de la Fondation Turrettini (GenĂšve), 1/Gd.W.3-II


Binas tuas literas


Werenfels n'a pas encore eu la possibilitĂ© de lire le discours de JA [Votum pro pace ou De affectibus] ; mais il le lira incessamment et, il imagine, avec le mĂȘme plaisir que ses autres ouvrages. Il remercie beaucoup son ami du jugement bienveillant qu'il a portĂ© sur son propre sermon traduit en français [Le changement qui se fait dans l'homme] ; il espĂšre qu'on verra une fois ceux que JA a promis de faire paraĂźtre. Werenfels a parlĂ© de la profession de Marbourg avec les pasteurs français de BĂąle [Jean-Rodolphe II Ostervald et Roques] ; Ă  son avis, l'un et l'autre seraient propres Ă  exercer cette charge s'ils voulaient s'y appliquer, mais ils semblent avoir l'intention de servir dans l'Église plutĂŽt que dans l'AcadĂ©mie, alors que c'est cela qu'on demande avant tout Ă  un professeur. Il pourrait y avoir Ă©ventuellement un autre candidat capable d'enseigner la thĂ©ologie mais Werenfels ne sait pas s'il est assez expert en français pour pouvoir prĂȘcher chaque semaine dans cette langue; quoi qu'il en soit, son nom est Sebastien Socin et, s'il n'y a pas d'autres candidats, Werenfels pourra toujours lui parler. Il n'est du reste pas Ă©vident de trouver un candidat capable de s'acquitter de la double charge de prĂ©dicateur et de professeur; si quelqu'un a dĂ©jĂ  de l'expĂ©rience dans la prĂ©dication, il pourra s'en acquitter sans difficultĂ©, mĂȘme si le plus clair de son temps est accaparĂ© par sa charge professorale. Pour ce qui concerne la profession thĂ©ologique Ă  BĂąle, les candidats [Jakob Christoph] Iselin et [Johann Ludwig] Frey ont, tous les deux, des qualitĂ©s et une excellente Ă©rudition. On ne sait pas encore qui des deux sera Ă©lu professeur. Ils recevront d'ici peu le titre de docteur et il y aura ensuite les disputes. Il ne sait pas oĂč JA a entendu dire que G[ernler (?), Johann Heinrich (?)] n'a pas apprĂ©ciĂ© ses thĂšses; l'intĂ©ressĂ© ne lui en a jamais dit mot mais Werenfels doit avouer qu'il avait entendu la mĂȘme chose d'autres sources. Il est trĂšs reconnaissant Ă  [Julie] Turrettini de son souvenir; qu'il aimerait ĂȘtre auprĂšs d'eux et s'allier Ă  la dame pour dĂ©tourner JA de ses Ă©tudes jusqu'Ă  ce que sa santĂ© soit rĂ©tablie! Il envoie Ă  JA un ouvrage qui rĂ©fute Hobbes Ă  partir d'un sermon de Werenfels; celui-ci ne sait s'il est suffisant d'opposer son autoritĂ© au grand homme.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

BĂąle

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

page 1

02449_2108-1-2_ug69803_turrettini_file.jpg

page 2


02450_2108-3-4_ug69804_turrettini_file.jpg