602 Lettres

Lettre 2062 de Jean-Frédéric I Ostervald à Jean-Alphonse Turrettini

Neuchâtel 15.02.1710

Je vous avoue... qu'il me tardoit

Ostervald a été très occupé à cause du départ pour Bâle de son fils [Jean-Rodolphe II], prévu dans trois jours; il remercie JA de s'être intéressé à sa vocation et se réjouit que son enfant soit auprès du cher docteur [Samuel Werenfels]. Ostervald est très content des nouveaux règlements de l'Académie de Genève qui la rendront de plus en plus florissante; il faudra ensuite trouver des sujets capables et des professeurs habiles. Il avait déjà entendu que la charge avait été donnée à la personne i...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00489_f312r_ug63920_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00489_f312v_ug63921_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00489_f313r_ug63922_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00489_f313v_ug63923_turrettini_file.jpg

Neuchâtel 15.02.1710


Lettre autographe. (F)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 489 (f.312-313)

Extrait dans Gretillat, Ostervald, p.XXX, n°60, daté du 13.02.1710.


Je vous avoue... qu'il me tardoit


Ostervald a été très occupé à cause du départ pour Bâle de son fils [Jean-Rodolphe II], prévu dans trois jours; il remercie JA de s'être intéressé à sa vocation et se réjouit que son enfant soit auprès du cher docteur [Samuel Werenfels]. Ostervald est très content des nouveaux règlements de l'Académie de Genève qui la rendront de plus en plus florissante; il faudra ensuite trouver des sujets capables et des professeurs habiles. Il avait déjà entendu que la charge avait été donnée à la personne indiquée par JA [Antoine I Maurice] ; il vaut encore mieux qu'il enseigne cette matière [le grec] plutôt que la théologie. On avait écrit à Ostervald de Zurich qu'on voulait appeler [Jean] Le Clerc ; mais il avait bien cru qu'il s'agissait d'un bruit sans fondement. [Samuel] Turrettini le proposant a écrit à son fils qu'on a aussi décidé à Genève qu'il faut être dans sa 25e année pour être reçu ministre; c'est très bien puisque cela correspond à l'usage ancien et Ostervald est beaucoup pour les coutumes anciennes. Un trop jeune ministre, bien que capable, ne peut pas avoir la gravité, l'autorité et l'expérience nécessaires à sa fonction. Il écrit le jour même à [Pierre] Guinand pour lui dire qu'il n'a pas appris qu'il s'exerçât. Son examen pourrait se faire dans quelques mois. Il faut l'obliger à en faire plus que les autres et ne pas du tout le ménager. Ostervald a toujours peur qu'il ne s'amuse à des études qui ne lui conviennent pas et qu'il n'arrive pas à se défaire de cette humeur particulière et singulière qui lui est propre. Il avait déjà entendu parler de la nouvelle banqueroute de Genève; il est très fâché que JA y ait part. On dit que beaucoup de réfugiés sont impliqués dans celle des Jandin tant à Genève qu'à Lausanne. On a bien raison de faire des règlements contre le luxe et le jeu. Quand il était à Genève, Ostervald a dit à plusieurs reprises à Werenfels que si les choses continuaient dans la ville sur le même train, Genève perdrait sa réputation et la corruption y serait grande. L'abondance et les grands gains ruinent, tôt ou tard, la piété. Ce qui se passe dans la ville en ce moment est le moyen que Dieu choisit pour y rétablir la piété et l'innocence des mœurs. Certes il y a des gens à Genève qui ont fait un bon usage de leurs richesses mais la plupart en a trop abusé. Ce n'est pas qu'à Neuchâtel on vaille mieux qu'à Genève; le pays est chargé de crimes et l'affaire récente des louis d'or a montré que les Neuchâtelois sont capables de tout. On pend aujourd'hui un faux-monnayeur du Pays de Vaud qui a été pris à Neuchâtel; les petits payent pour les gros qui s'échappent. On a déposé la semaine passé le ministre [Jonas] Brandt qui avait déjà perdu son Église à cause du lien entretenu avec sa servante [Sara] qu'il a épousée. Depuis il s'est joint aux piétistes et a déclaré à plusieurs reprises devant la Compagnie qu'il s'en séparait à cause de la corruption qu'il voyait régner partout et le fait qu'on admettait tout le monde aux assemblées et à la sainte cène. On l'a déposé non seulement à cause de ces idées mais aussi parce que, vu son crime, il n'aurait jamais édifié qui que ce soit. Les piétistes se multiplient mais il faut prendre garde que ces gens ne s'élèvent un jour en jugement contre les Églises si celles-ci n'enlèvent pas la pierre d'achoppement qui consiste à continuer à considérer comme chrétiens des gens qui ne le sont pas et à les recevoir à la communion. Une pensée tourmente jour et nuit Ostervald: que les ministres, et lui en tête, ne fassent pas leur devoir. On parle de plus en plus de la paix mais Ostervald ne sait pas quoi penser ni quoi souhaiter. Quelle paix peut-on attendre tant que les hommes sont si méchants et si dépravés? Il est fort à craindre que Dieu ne fasse de si tôt cesser sa colère.

Adresse

[Genève]


Lieux

Émission

Neuchâtel

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00489_f312r_ug63920_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00489_f312v_ug63921_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00489_f313r_ug63922_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00489_f313v_ug63923_turrettini_file.jpg