602 Lettres

Lettre 1952 de Samuel Werenfels Ă  Jean-Alphonse Turrettini

BĂąle 07.11.1708

En schedulam DD. Perdriau

Werenfels souhaiterait que son argent soit placĂ© chez les Perdriau aux mĂȘmes conditions, voire Ă  des conditions plus avantageuses, que celles de l'annĂ©e derniĂšre. Il ne sait pas si l'un des frĂšres Perdriau [Ami, Pierre, Jean-Daniel (?)] est le mari de la femme [Françoise] que Werenfels avait rencontrĂ©e chez JA et qui l'avait frappĂ© par ses qualitĂ©s. Si tel est le cas, il lui demande de lui transmettre un exemplaire de la traduction [ConsidĂ©rations] de son ouvrage sur la paix [Allgemein...

page 1

02411_1952-1-2_ug69665_turrettini_file.jpg

page 2


02412_1952-3-4_ug69666_turrettini_file.jpg

BĂąle 07.11.1708


Lettre autographe, signée, adressée. (L)
Archives de la Fondation Turrettini (GenĂšve), 1/Gd.W.3-II

Extrait dans Hermanin, Werenfels, p.127, n.8.


En schedulam DD. Perdriau


Werenfels souhaiterait que son argent soit placĂ© chez les Perdriau aux mĂȘmes conditions, voire Ă  des conditions plus avantageuses, que celles de l'annĂ©e derniĂšre. Il ne sait pas si l'un des frĂšres Perdriau [Ami, Pierre, Jean-Daniel (?)] est le mari de la femme [Françoise] que Werenfels avait rencontrĂ©e chez JA et qui l'avait frappĂ© par ses qualitĂ©s. Si tel est le cas, il lui demande de lui transmettre un exemplaire de la traduction [ConsidĂ©rations] de son ouvrage sur la paix [Allgemeine Gedancken]. Il est trĂšs satisfait de cette traduction, bonne et claire, et en remercie JA qui en a pris soin. Il n'a pas encore reçu les exemplaires de NeuchĂątel, pas plus que la dissertation de JA [De variis christianĂŠ doctrinĂŠ fatis], destinĂ©e aux amis bĂąlois. Il ne sait pas si leur ami de NeuchĂątel [Jean-FrĂ©dĂ©ric I Ostervald] a eu l'occasion de lui faire parvenir le paquet. Sans doute Ostervald a-t-il Ă©crit Ă  JA qu'il a promis sa fille [Barbe] Ă  un homme trĂšs riche et, qui plus est, plein de vertu [Jean-Henri de Montmollin]. Il ne lui en a pourtant parlĂ© par lettre qu'aprĂšs que la nouvelle eut largement circulĂ© Ă  BĂąle. Mais ce ne sont pas des choses de ce genre qui peuvent altĂ©rer une amitiĂ© comme la leur. Mais Ostervald lui a aussi Ă©crit quelque chose de bien plus prĂ©occupant, Ă  savoir que circule Ă  Berne le bruit qu'il y a des gens Ă  GenĂšve, Ă  BĂąle et Ă  NeuchĂątel qui prĂŽnent des doctrines dangereuses sur la nature humaine du Christ. Werenfels, qui est actuellement doyen de la facultĂ© de thĂ©ologie, lui a Ă©crit de bien s'informer sur les Ă©ventuels BĂąlois qui seraient soupçonnĂ©s et sur les doctrines soi-disant dangereuses. Il espĂšre que JA, qui est recteur de l'AcadĂ©mie, en fera autant, Ă  moins qu'il ne veuille attendre la rĂ©ponse que devrait recevoir Werenfels. Il fĂ©licite JA et ses amis du fait que [William] Burnet et [Jean] Masson passent l'hiver Ă  GenĂšve. Il envoie ses salutations Ă  certains des amis de GenĂšve ainsi qu'Ă  la femme de JA.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

BĂąle

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

page 1

02411_1952-1-2_ug69665_turrettini_file.jpg

page 2


02412_1952-3-4_ug69666_turrettini_file.jpg