602 Lettres

Lettre 1897 de Samuel Werenfels Ă  Jean-Alphonse Turrettini

BĂąle 07.04.1708

Ablegatos inde é Polonia

Werenfels recommande Ă  JA les dĂ©putĂ©s polonais [dont Samuel Arnold] ; ils font une collecte pour la reconstruction de leur temple dĂ©truit par les Moscovites. Les luthĂ©riens ont en revanche dĂ©jĂ  reçu une contribution pour reconstruire le leur, comme l'a Ă©crit un des prĂ©dicateurs [Daniel Ernst Jablonski] du roi de Prusse [Friedrich I], qui lui a recommandĂ© cette affaire. Le mĂȘme homme, Ă  la fin de sa lettre, l'informe que les ministres français Ă©tablis en Prusse sont entichĂ©s des Ă©crits de Bayle e...

page 1

02399_1897-1-2_ug69626_turrettini_file.jpg

page 2


02400_1897-3-4_ug69627_turrettini_file.jpg

BĂąle 07.04.1708


Lettre autographe, signée, adressée. (L)
Archives de la Fondation Turrettini (GenĂšve), 1/Gd.W.3-II

Extrait dans Hermanin, Werenfels, p.130, n.15.


Ablegatos inde é Polonia


Werenfels recommande Ă  JA les dĂ©putĂ©s polonais [dont Samuel Arnold] ; ils font une collecte pour la reconstruction de leur temple dĂ©truit par les Moscovites. Les luthĂ©riens ont en revanche dĂ©jĂ  reçu une contribution pour reconstruire le leur, comme l'a Ă©crit un des prĂ©dicateurs [Daniel Ernst Jablonski] du roi de Prusse [Friedrich I], qui lui a recommandĂ© cette affaire. Le mĂȘme homme, Ă  la fin de sa lettre, l'informe que les ministres français Ă©tablis en Prusse sont entichĂ©s des Ă©crits de Bayle et leurs sermons sont teintĂ©s de socinianisme et d'arminianisme. Et pourquoi ce correspondant informe-t-il l'expĂ©diteur de tout cela? Parce que d'aprĂšs lui beaucoup d'hommes savants pensent qu'il faut prier Werenfels pour qu'il emploie les talents reçus de Dieu pour confirmer et fortifier la vĂ©ritĂ© contre les erreurs sociniennes et arminiennes. Et voilĂ  de qui JA est l'ami, d'un homme auquel on a recours comme Ă  une colonne de l'orthodoxie. Werenfels est convaincu que JA dĂ©sire que lui et leur ami de NeuchĂątel [Jean-FrĂ©dĂ©ric I Ostervald] viennent Ă  GenĂšve mais il ne peut pas l'en assurer et cela pour deux raisons Ă©galement graves: la premiĂšre est la crainte qu'un tel voyage, qui n'aurait pas de motifs valables, ne puisse faire naĂźtre il ne sait quels soupçons; la seconde, qu'il ne peut quitter sa mĂšre sans des raisons plus que sĂ©rieuses. Il faudrait donc que JA trouve une cause valable qui justifie le voyage de Werenfels. Il est du reste bien connu que le comte [Ernst] de Metternich a Ă©tĂ© la cause de la paix et que Werenfels lui-mĂȘme n'y est pas Ă©tranger. On pourrait dĂšs lors dire qu'il se rend Ă  NeuchĂątel pour le rencontrer de façon Ă  ce que l'illustre personnage connaisse ses opinions Ă  ce sujet; et ensuite, le voyage Ă©tant impossible pour JA – à cause de son Ă©tat de santĂ© et de son rĂ©cent mariage – Werenfels se rendrait Ă  GenĂšve en compagnie d'Ostervald pour confĂ©rer avec son ami sur cette affaire. Il supplie que personne ne sache jamais rien de ce qu'il vient d'Ă©crire; et il se peut du reste que JA ait une meilleure idĂ©e. Ceux qui s'aiment ont souvent du talent pour trouver des occasions de se voir. Il lui adresse tous ses vƓux d'un bon et rapide rĂ©tablissement. Son parent [Theodor II Falckeysen] a l'intention de partir avec [Jean-Jacques] Korn de GenĂšve; mais si le voyage de Werenfels Ă©tait dĂ©cidĂ©, on pourrait le retenir encore quelques temps pour qu'ils fassent le chemin ensemble.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

BĂąle

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

page 1

02399_1897-1-2_ug69626_turrettini_file.jpg

page 2


02400_1897-3-4_ug69627_turrettini_file.jpg