143 Lettres

Lettre 905 de François Janiçon à Jean-Alphonse Turrettini

Paris 16.05.1695

Mr de Creissel

Le billet de 25 écus destiné par l'ami de Berne de JA au solliciteur de procès a été remis par l'entremise de Madame et de Monsieur de Cresseil. Ce dernier est très affligé de l'apoplexie qui a frappé depuis 15 jours Mademoiselle de Clisson chez qui il loge; il a d'autant plus de raison de l'être que cette maladie est arrivée avant que la dite demoiselle n'ait pu coucher sur un acte public les bons sentiments qu'elle avait à son égard; mais les dernières nouvelles parlent d'une amélioration, ce...

+ 1 pages

page 1

2231_905-1_ug68781_turrettini_file.jpg

page 2


2232_905-2-3_ug68782_turrettini_file.jpg

page 3

2233_905-4_ug68783_turrettini_file.jpg

Paris 16.05.1695


Lettre autographe, signée. Inédite. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.J.4


Mr de Creissel


Le billet de 25 écus destiné par l'ami de Berne de JA au solliciteur de procès a été remis par l'entremise de Madame et de Monsieur de Cresseil. Ce dernier est très affligé de l'apoplexie qui a frappé depuis 15 jours Mademoiselle de Clisson chez qui il loge; il a d'autant plus de raison de l'être que cette maladie est arrivée avant que la dite demoiselle n'ait pu coucher sur un acte public les bons sentiments qu'elle avait à son égard; mais les dernières nouvelles parlent d'une amélioration, ce qui devrait rassurer le neveu de de La Bastide. Janiçon a fait savoir à la mère des deux cadets [Élisabeth Derval de La Boulonnière (?)] ce que JA lui avait mandé à leur sujet. Elle ne peut plus poursuivre les efforts qu'elle a faits pour les envoyer et les faire vivre là où ils sont et prendra plutôt le parti de les faire revenir. En recommandant ces jeunes gens, Janiçon n'avait nullement l'intention d'engager JA à ouvrir sa bourse; il demandait seulement que son correspondant les aidât à trouver un établissement et leur fît part de ses conseils avisés. L'aîné en particulier semble en avoir besoin, d'après ce qu'écrit le cadet, puisqu'il semblerait qu'au lieu de donner à son frère l'argent qui lui est dû il le joue. Janiçon, suivant le conseil de JA, a parlé le matin même avec [Daniel] Martine et [Charles (?)] Gallatin; celui-ci lui a dit qu'il aimerait bien que l'aîné puisse trouver une place chez son frère [Pierre (?)] mais craint que ni son âge ni son peu de pratique ne le permettent. JA se taît sur ce que Janiçon lui avait écrit à propos du dénombrement du peuple d'Angleterre et de la grande différence numérique qu'il y a entre les épiscopaux et les non-conformistes; il s'étonne de ce silence puisqu'il pensait que JA, en raison du long séjour qu'il a fait dans ce pays-là, serait en mesure de lui donner les renseignements demandés. Richelet est fort indigné du fait que JA, qui a reçu un certain nombre d'exemplaires de son livre [Dictionnaire françois, 1694], ne les a pas envoyés à Lyon comme il l'avait promis. Janiçon envoie à JA le Journal des sçavans qu'il avait demandé avec l'extrait des Rétractations que l'archevêque de Reims [Charles-Maurice Le Tellier] a fait faire. On a imprimé depuis peu un troisième volume de Remarques faites par Petitdidier sur la Bibliothèque de Du Pin [Nouvelle Bibliothèque] et un livre intitulé Du bel esprit fait par un certain abbé de Valmont [l'auteur est en réalité de Caillières] qui avait déjà fait imprimer une dissertation sur la pierre d'aimant [Description de l'aimant] et un livre sur la baguette divinatoire de l'homme du Dauphiné [La physique occulte]. L'évêque de Meaux [Jacques-Bénigne I Bossuet] a publié une Ordonnance et instruction pastorale sur les états d'oraison dirigée contre les quiétistes. Il promet de reprendre ce sujet et de le développer sur la base de l'Écriture et des Pères [Instructions sur les états]. Il s'insurge contre les exagérations et les extravagances de langage des mystiques. Nicole aussi avait composé un traité contre le quiétisme qu'il ne voulait pas publier sachant que Bossuet en envisageait un. Janiçon transmettra les compliments de JA à Picques, qui n'est pas plaint par beaucoup de monde. Il a vu le panégyrique de la princesse d'Orange [Marie II] fait par Abbadie; il aurait été souhaitable qu'il y eût, dans cette pièce, moins d'esprit et plus d'ordre et de liaison. JA a sûrement vu les thèses de Volder, professeur à Leyde et grand cartésien, contre la Censura de l'évêque d'Avranches [Pierre-Daniel Huet]. Janiçon, qui a lu le livre de Huet, ne pense pas qu'il mérite autant de sévérité; il trouve au contraire qu'il est digne de louanges, bien que le sujet n'ait pas été approfondi. Puisque JA manifeste une certaine répugnance à servir d'intermédiaire pour l'argent que son ami de Berne envoie au solliciteur de procès, Janiçon est disposé à le recevoir directement mais à condition qu'on ne spécifie pas de quoi il s'agit.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Paris

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 1 pages

page 1

2231_905-1_ug68781_turrettini_file.jpg

page 2


2232_905-2-3_ug68782_turrettini_file.jpg

page 3

2233_905-4_ug68783_turrettini_file.jpg