262 Lettres

Lettre 432 de Étienne Jallabert à Jean-Alphonse Turrettini

[GenĂšve] 15.05.1692 [05.05.1692]

Je croyois... qu'on

Jallabert ne s'habitue guĂšre Ă  l'Ă©loignement de JA, qui lui devient chaque jour de plus en plus insupportable. Il voudrait qu'il revienne ou que lui-mĂȘme puisse aller le rejoindre. Plus tard JA passera en Angleterre et plus tard il sera de retour. Du reste que fait-il actuellement en Hollande? Si c'est pour Ă©tudier, il pourrait le faire plus confortablement et peut-ĂȘtre plus utilement dans sa grande bibliothĂšque. Si c'est pour voir du monde, il lui semble qu'au fond les hommes sont tous formĂ©s d...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00487_f261r_ug62425_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00487_f261v_ug62426_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00487_f262r_ug62427_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00487_f262v_ug62428_turrettini_file.jpg

[GenĂšve] 15.05.1692 [05.05.1692]


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 487 (f.261-262)


Je croyois... qu'on


Jallabert ne s'habitue guĂšre Ă  l'Ă©loignement de JA, qui lui devient chaque jour de plus en plus insupportable. Il voudrait qu'il revienne ou que lui-mĂȘme puisse aller le rejoindre. Plus tard JA passera en Angleterre et plus tard il sera de retour. Du reste que fait-il actuellement en Hollande? Si c'est pour Ă©tudier, il pourrait le faire plus confortablement et peut-ĂȘtre plus utilement dans sa grande bibliothĂšque. Si c'est pour voir du monde, il lui semble qu'au fond les hommes sont tous formĂ©s de la mĂȘme maniĂšre. Il le prie de l'attirer dans le pays oĂč il est, comme il le lui avait indiquĂ© dans sa lettre prĂ©cĂ©dente, et d'y penser tout particuliĂšrement quand il sera en Angleterre. Jallabert serait bien aise d'y trouver une maison et d'y enseigner les mathĂ©matiques ou la philosophie, ou en tout cas d'y avoir une occupation pour vivre sans ĂȘtre Ă  la charge de qui que ce fĂ»t. On lui a dit que JA va soutenir (ou peut-ĂȘtre a dĂ©jĂ  soutenu) des thĂšses en Hollande [Pyrrhonismus], ce qu'il approuve entiĂšrement. Il est certain que celles que ses parents l'ont obligĂ© de soutenir Ă  GenĂšve lui ont fait encore plus d'honneur que sa proposition et il en sera sĂ»rement de mĂȘme en Hollande. Quand un jeune rend des propositions trĂšs fortes, ceux qui ne le connaissent pas bien peuvent penser qu'il a Ă©tĂ© aidĂ© par de grands loisirs, une bonne bibliothĂšque et de bons recueils. Il n'en va pas de mĂȘme avec les thĂšses car, dans ce cas-lĂ , il faut nĂ©cessairement avoir la science dans sa tĂȘte et non dans sa bibliothĂšque. Les promotions ont eu lieu lundi dernier et on y entendit plusieurs discours dont Jallabert pense que les sujets pourront intĂ©resser JA. [BĂ©nĂ©dict] Pictet traita de l'inconstance, prouvant, par les exemples suivants, que toutes les choses du monde subissent des rĂ©volutions : 1) un grand nombre de personnes citĂ©es 2) les quatre monarchies des Assyriens 3) les rĂ©volutions arrivĂ©es en France, en Espagne, en Angleterre, en Allemagne, au Portugal... Tout son discours fut rempli de citations et il mentionna les noms de plus de 2'000 personnes. [Michel] Turrettini traita des jeĂ»nes des Juifs. [Antoine I] LĂ©ger prouva de façon convaincante que les fleuves et les fontaines ne proviennent que des pluies et des neiges. [Louis I] Tronchin Ă©tant incommodĂ©, ce fut [BĂ©nĂ©dict] Calandrini qui fit la clĂŽture 1) en incitant les auditeurs Ă  s'appliquer Ă  l'Ă©tude des belles-lettres pour acquĂ©rir les lumiĂšres et les connaissances qui conduisent Ă  un bonheur solide, car ce sont lĂ  des choses constantes et qu'on ne peut jamais perdre 2) pour ce qui est des jeĂ»nes, il dit que l'ignorance Ă©tant la cause de toutes les superstitions et, en particulier, des jeĂ»nes ridicules des Juifs, il fallait s'appliquer Ă  l'Ă©tude des Lettres pour apprendre Ă  connaĂźtre Dieu, Ă  se connaĂźtre soi-mĂȘme et Ă  connaĂźtre la nature du service Ă  rendre au CrĂ©ateur 3) quant aux fleuves et aux fontaines, il dĂ©clara qu'il Ă©tait Ă©tonnant qu'une masse aussi lourde que la terre fĂ»t fondĂ©e sur une chose aussi fluide que l'eau et que, comme Dieu rĂ©pandait continuellement sur nous la rosĂ©e de sa grĂące tout comme le ciel communiquait ses pluies Ă  la terre, il fallait que, telle la terre qui pousse ses vapeurs vers le ciel, nous poussions aussi nos vƓux et nos actions de grĂące vers Dieu.

Adresse

Leyde


Lieux

Émission

GenĂšve

RĂ©ception

Leyde

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00487_f261r_ug62425_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00487_f261v_ug62426_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00487_f262r_ug62427_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00487_f262v_ug62428_turrettini_file.jpg